Loading...

#Finance : Le Fred & Farid Digital Investment Fund va investir dans 15 startups d’ici fin 2015

15-Sep / Press / 0 COMMENTS

maddyness

 

Tout est né d’une rencontre entre 2 hommes. Fin 2012, Frédéric Raillard fait la connaissance d’un jeune entrepreneur prometteur du nom d’Alexandre Malsch (Melty Group). Ce sera la première prise de participation de Fred & Farid. C’est suite à cette première expérience que Frédéric Raillard et Farid Mokart décident de s’intéresser véritablement aux startups et à l’investissement.

Pour eux, pas question d’avoir une politique d’investissement agressive. L’idée est plutôt de construire une relation humaine, qui peut ensuite se traduire par un investissement financier, mais surtout un investissement en ressources : stratégie & branding, UI, UX, développement, design, communication…. En 2013, le porte-feuille commence à se garnir avec l’entrée de BonjourBonjour, créé par Rasmus Michau, qui a levé 500 000 euros auprès d’investisseurs (dont Fred et Farid), State et Wezzoo, une application de météo collaborative, disponible sur iPhone et Android.

2014 est l’année de la structuration pour FFDIF. Le fonds noue les premiers contacts stratégiques au sein de l’écosystème startup. Ainsi, le FFDIF s’associe au tour de table du fonds Fashion Capital Partners (voir notre article à ce sujet) et à celui de 5M Ventures. En parallèle, les investissements se multiplient avec l’annonce des levées de fonds de GOV et Jokerly (Markelys). Avant la fin de l’année 2014, le FFDIF annoncera 4 nouvelles participations, et l’ambition pour 2015 est de faire rentrer 10 à 12 nouvelles pousses dans le portefeuille du groupe.

 

« Le lancement de ce fonds déclenche un modèle vertueux au sein du groupe. Nous incubons certains des projets, nous relayons leur techno auprès de nos clients et nous mobilisons certaines des ressources internes pour les accompagner. Ces dernières sont heureuses de pouvoir contribuer à un projet qui sort de l’ordinaire, et cette émulation a vertus internes en terme de RH« , résume le responsable du fonds FFDIF.

 

Comment une startup peut-elle séduire le fonds? Les critères de sélection sont avant tout humain et le projet doit se positionner dans un univers digital. Le FFDIF a investi jusqu’à maintenant des tickets compris entre 25 000 et 130 000 euros, et met surtout en avant l’aide que peuvent apporter les ressources internes. Au-delà de l’affinité pour le projet, le FFDIF s’intéresse beaucoup aux nouvelles technologies qui contribuent à la mutation digitale de notre économie.

C’est ainsi que certaines startups viennent enrichir l’offre de services que peut proposer l’agence à ses gros clients. Si les grands comptes ont besoin s’inspirer des startups, il en va de même pour le groupe Fred & Farid qui puise, via un échange win-win avec les jeunes pousses, les idées qui réinventeront les usages de demain sur leur secteur et au service de leurs clients.

 

 

Read the original here : http://www.maddyness.com/finance/fonds-investissements/2014/09/15/fred-farid-digital-investment-fund/

 

No comments yet, be the first one who will leave the comment.